1.227,4 MILLIARDS FCFA DE BUDGET POUR 2017 : Les nobles ambitions de Faure Gnassingbé pour le Togo

Publié le par lanouvellemarche

L'Assemblée nationale togolaise a voté, en décembre 2016, la loi des finances 2017 après plus d'un mois d'étude en Commission. Les prévisions budgétaires pour 2017 s'équilibrent en en recettes et en dépenses à 1.227,4 milliards de Fcfa. Le budget 2017 est conçu pour la satisfaction des besoins sociaux ainsi que la réalisation de certaines infrastructures communautaires à travers l'exécution du Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC).

Pour l'année 2017, les ressources du Togo sont estimées à 1227,4 milliards de Fcfa contre 962,8 milliards de francs CFA en 2016, soit une progression de 21,61% par rapport au budget initial de 2016 et de 5,9% par rapport au collectif budgétaire 2016. Le budget permettra au gouvernement togolais de poursuivre la mise en œuvre de sa politique de développement et favorisera la poursuite de la mobilisation des recettes internes en assurant l'élargissement progressif de l'assiette fiscale afin de desserrer l'étau sur les entreprises et permettre ainsi au secteur privé de jouer pleinement le rôle qui est le sien.

Le projet consacre une baisse de 1% du taux de l'impôt sur les sociétés et a exonéré et/ou taxé à taux modéré les produits de consommation de base pour lutter contre la "vie-chère". Le gouvernement annonce que l'assainissement des finances publiques sera poursuivi à travers la maîtrise et la recherche de l'efficacité des dépenses. « A cet égard, il importe de rappeler l'effort consenti pour limiter le solde budgétaire à -1,17% contre une norme communautaire de -3% ; ce qui permet de contenir l'évolution du taux d'endettement de notre pays projeté à 52,8% en 2021 », a indiqué le ministre togolais des finances Sani Yayi.

Orientation sociale

La loi des finances 2017 axée sur les objectifs de la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l'emploi (SCAPE) est orientée essentiellement vers la satisfaction des besoins sociaux. Les secteurs ciblés sont : l'éducation, la santé, le développement socio-économique de base et l'agriculture, l'eau et l'électrification rurale. Dans le même temps, un accent particulier sera mis sur le PUDC destiné à la mise en œuvre rapide des projets en matière d'infrastructures socio-économiques en milieu rural et semi-urbain. « Le gouvernement est déterminé à créer un environnement propice pour l'accélération de la croissance économique et, par ricochet, la réduction sensible de la pauvreté des populations les plus vulnérables de notre pays grâce aux investissements sociaux prévus dans la présente loi de finances », a déclaré Sani Yaya devant les députés avant de promettre une gestion rationnelle des ressources. La loi de finances 2017 a été élaborée dans un contexte où le pays s'engage à entreprendre de nouvelles réformes structurelles et institutionnelles visant à renforcer l'assainissement des finances publiques. En 2017, le taux de croissance prévisionnel du Togo est de 5 % avec un taux d'inflation estimé à 2, 5 % du PIB.

La feuille de route du gouvernement

Le président Faure Gnassingbé a rappelé les grands axes de ce que doit être l’action gouvernementale. Sur le plan politique, le gouvernement poursuivra les réformes administratives institutionnelles et constitutionnelles, avec, notamment la politique de décentralisation. Dans le domaine économique, le Togo a engagé des discussions avec le Fonds monétaire international afin de bénéficier de programme de facilité élargie de crédit. Un dispositif qui permet à la fois de soutenir la croissance et de contrôler l’endettement. Pour faire du Togo un pays de services et tendre vers la création d’emplois et de plus de développement, le pays poursuivra sa révolution numérique. On voit l’engagement clair de Faure Gnassingbé à améliorer les conditions de vie de ses concitoyens et à imprimer une gouvernance transparente.

 

Commenter cet article