POUR LES TRAFIQUANTS DE TOUT GENRE : Le Togo, un pays devenu inhospitalier

Publié le par LA NOUVELLE MARCHE

L’action du ministre de la Sécurité, DamehameYark, commence à porter ses fruits. Les quantités de cocaïne et d’héroïne saisies depuis le début de l’année 2017 sont en forte baisse. La répression est passée par là et les trafiquants considèrent désormais le Togo comme terre inhospitalière pour le transit. A l’aéroport de Lomé l’arrestation de au départ vers l’Europe ou l’Amérique du Nord se fait de plus en plus rare. Le ministre togolais de la Sécurité, DamehameYark préfère cependant rester prudent. Le niveau de vigilance des services de police et des douanes reste très élevé. Avec des frontières très poreuses, il est facile de faire transiter la drogue le long du corridor ouest-africain.

Vingt-cinq policiers et gendarmes sanctionnés

Vingt-cinq policiers et gendarmes togolais ont été sanctionnés pour des délits commis dans l'exercice de leurs fonctions depuis le début de cette année 2017. Les infractions commises par les forces de l'ordre concernés sont notamment vols, rackets, escroqueries et abandon de poste. Les sanctions contre les policiers et gendarmes reconnus coupables de ces actes vont de l'arrêt de travail à l'exclusion temporaire. Les responsables togolais en charge de la sécurité soutiennent que ces sanctions vont permettre de bannir au sein de la police et de la gendarmerie les agents au mauvais comportement.

Ils espèrent ainsi décourager ceux qui seraient tentés d'adopter de tels agissements. Une liste avec les noms et grades des agents sanctionnés a été publiée. A travers sa décision de publier périodiquement la liste des agents sanctionnés pour mauvaise conduite, le ministère de la sécurité du Togo veut ainsi démontrer à la population sa volonté de lutter contre l'impunité dans le rang des policiers et gendarmes. Cette initiative est unanimement saluée par la population togolaise qui y voit une démarche devant redonner aux forces de sécurité publiques leur lettre de noblesse.

Une police plus proche de la population

Alors que la question sensible des relations entre la population et la police dans les zones difficiles du Togo revient en force à chaque fait divers sanglant, les pouvoirs publics ont décidé de prendre le taureau par les cornes en créant une police de proximité. L’objectif est double. D’abord créer une relation pérenne entre les habitants et les forces de sécurité ; ensuite lutter plus efficacement contre l’insécurité et le crime. La coopération de la population est indispensable. Et il est impératif de mettre fin au climat de suspicion. «La sécurité n’est pas uniquement l’affaire de la police. Chacun à son niveau doit se sentir concerné en collaborant afin de permettre aux policiers et aux gendarmes d’être beaucoup plus efficaces», a rappelé YarkDamehame, le ministre togolais de la Sécurité.

Joseph NOUWOKPO

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article