SOMMET ISRAËL-AFRIQUE AU TOGO : Une trentaine de délégations africaines attendues

Publié le par LA NOUVELLE MARCHE

Contrairement à ce qui a été annoncé dans l’édition numéro 10 du Magazine La Nouvelle Marche, le premier sommet Israël-Afrique se tiendra du 23 au 27 Octobre prochain à Lomé au Togo. Ce sommet marque l’intérêt croissant, économique et diplomatique, de l’un des partenaires «non traditionnels» et des plus discrets du continent. Ce sommet va permettre à Faure Gnassingbé, le président togolais, d’attirer l’attention sur son pays, tout en renforçant la relation spéciale qui existe déjà entre Tel-Aviv et Lomé, comme avec d’autres pays tels que la Côte d’Ivoire, la Rdc, le Cameroun et le Rwanda.

Il faut dire que cette rencontre permettra à Israël de rattraper à coup sûr son retard dans ses relations économiques avec ce continent. En effet, les exportations israéliennes vers l’Afrique restent marginales (1,6% du total des ventes d’Israël à l’étranger en 2015). Elles ont baissé d’un tiers en valeur entre 2012 (1,538 milliard de dollars, selon l’Israel Export Institute, IEI) et 2015 (1,045 milliard de dollars). Les importations en provenance d’Afrique, à hauteur de 269 millions de dollars par an (hors diamants), ne pèsent guère plus de 0,5% du total des importations israéliennes en 2015.

Israël confirme néanmoins son retour diplomatique sur la scène africaine, commencé en 2009 avec la première grande tournée africaine (Ethiopie, Kenya, Ouganda, Nigeria et Ghana) du ministre des Affaires étrangères Avidgor Lieberman. Un exercice de rapprochement répété en 2014, cette fois au Rwanda, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Ethiopie et au Kenya. «Pendant des années, l’Afrique n’avait pas été considérée comme un enjeu important dans la politique israélienne», a expliqué sur les antennes de RFI le chercheur israélien Ely Karmon, de l'Institut pour la lutte contre le terrorisme au Centre interdisciplinaire de Herzliya, près de Tel-Aviv.

Le Togo, un partenaire privilégié

L’initiative, cependant, vient en partie du Togo, second partenaire commercial d’Israël en Afrique après l’Afrique du Sud en 2013 (en raison de gros achat portant sur du matériel de sécurité, à hauteur de 191 millions de dollars, selon l’IEI). Lomé a œuvré pendant des mois pour lancer un sommet sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, qui s’est finalement tenu sous l’égide de l’Union africaine (UA) en octobre 2016, lui permettant de redorer son blason sur la scène diplomatique africaine.

Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères du Togo, espère accueillir une trentaine de délégations africaines à Lomé, malgré les relations parfois difficiles qu’entretiennent certains pays avec l’Etat hébreu. Et depuis quelques mois, il s’attèle à cela à travers des voyages qu’il effectue dans plusieurs pays africains.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article