Douane béninoise : LA PATATE CHAUDE DE YAYI A SOUSSIA

Publié le par lanouvellemarche

Nommé en conseil des ministres dans la nuit du 25 mai et ayant pris fonction le 6 juin dernier, le Colonel des douanes et entre temps élu député à l’Assemblée nationale béninoise, Théophile Soussia n’a pas encore eu de répit pour jouir des avantages liés à son poste de dg douanes. Et pour cause, dès sa prise de fonction, c’est à l’affaire du Programme de vérification des importations (PVI) Nouvelle génération à laquelle il avait fait face avec tout le bruit qui s’en est suivi. Il n’avait pas fini de régler ce problème, quand ses agents ont été la cible des militaires, des populations et de quelques autorités. On connait la suite. Une grève de 48 heures avait été déclenchée le 13 septembre sans oublier la dernière tentative visant à bruler un agent des douanes à Parakou.


Demain mardi 27 septembre, le directeur général des douanes béninoise doit encore faire face à une autre grève. En effet, après la première grève de cette année organisée le 13 septembre dernier pour protester contre les violences dont ils sont victimes ces derniers jours, dans l’accomplissement de leur mission, le Syndicat National des Douaniers du Bénin(Sydob) entre en grève encore une fois demain. Cette fois-ci, c’est pour protester contre la nouvelle proposition de loi portant règles générales applicables aux personnels militaires, des forces de sécurités publiques et assimilés en République du Bénin.


Suite au dépôt de la proposition de loi portant règles générales applicables aux personnels militaires, des forces de sécurités publiques et assimilés en République du Bénin à l’Assemblée Nationale, le Syndicat National des Douaniers du Bénin (Sydob), soutenue par les secrétaires généraux de la FESYNTRA-Finances, de la CGTB, de la CSA-Bénin, et de la CSTB, ont passé en revue ladite loi.


C’était le jeudi dernier. Après analyse de l’exposé des motifs de la loi en question, ils ont constaté que cette proposition de loi vise de façon discriminatoire les agents des douanes pour des règlements de compte et dans le seul but de leur supprimer le droit de grève juridique consacré par les dispositions de l’article 31 de la constitution du 11 décembre 1990 et celles de l’article 48 de la loi n°86-013 du 26 février 1986 portant statut général des agents permanents de l’Etat.

 Face à une telle loi qui selon eux veut museler les douaniers, les disciples de saint Mathieu par le Sydob ont décidé d’observer une grève d’avertissement de 72 heures sans service minimum pour exiger: le retrait sans condition de cette proposition de loi afin de préserver la paix et les acquis de la conférence nationale, la transmission, sans modification, à l’Assemblée nationale, pour adoption, de l’avant-projet de loi portant statut spécial des personnels de l’Administration des douanes et droits indirects ayant déjà requis l’avis motivé de la cour suprême depuis 2006.


Pour des déconvenues qui pourraient découler de la non prise en compte des exigences. Ils invitent la population à tenir responsable le gouvernement et l’Assemblée Nationale. Signalons que les centrales syndicales présents à l’AG extraordinaire ont indiqué soutenir les douaniers jusqu’au bout de la lutte.


Comme si cela ne suffisait pas, le vendredi, des disciples de Saint Mathieu ont failli être brulés à Parakou. Selon les informations, des agents de douanes ont été pris à partie par des contrebandiers dans cette ville. Cette situation, selon les douaniers résulterait des propos tenus par les autorités en l’encontre des agents de st Mathieu ces derniers temps. Ceci vient conforter la position des membres de cette corporation qui pensent être victimes d’une cabale et de menace contre leurs corps.

Ceci dit, et eu égard à tout ce qui précède, on est en droit de dire que le chef de l’Etat, docteur Boni Yayi en nommant Théophile Soussia pour le remercier des services rendus lors des législatives dernières lui a plutôt filé une patate chaude entre les mains. Nul n’ignore que les vicissitudes que connait aujourd’hui Soussia sont en partie dues au manque de compréhension de l’exécutif des problèmes des agents des douanes et de la volonté manifeste du chef de l’Etat de museler cette corporation sans oublier les propos peu courtois à l’encontre des disciples de Saint Mathieu.


Apollinaire Etienne HOUDEKO 

Publié dans Le Bénin comme il va

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article