LES COPINES DU PRINCE SEMENT LA PANIQUE DANS LES RANGS DES JOURNAUX TOGOLAIS

Publié le par lanouvellemarche

« Que me servirait que ma patrie fût puissante et formidable, si triste et inquiet, j’y vivais dans l’oppression et dans l’indigence ? »  Cette interpellation de Jean de La Bruyère dans les Caractères ne peut tomber dans les oreilles sourd dans un Togo dit nouveau, mais en pleine putréfaction dans tous les domaines.


Ce petit pays de l’Afrique de l’Ouest jadis promis à un avenir radieux est devenu un scandale dans la région. Un scandale de démocratie où tous les pouvoirs sont dans les mains d’un individu ; un scandale de gouvernance où le Prince, après avoir fait main basse sur les ressources, n’est comptable devant aucune institution ; un scandale de liberté où la presse, celle qui refuse de regarder dans la même direction, est quotidiennement  harcelée, menacée.

Ainsi donc  depuis la semaine dernière, votre journal « L’Alternative » est désormais rentré dans le club des journaux dont la justice aux ordres s’occupera dans les jours à venir.  La plaignante, Cina Lawson, ministre des Postes et Télécommunications, la nouvelle égérie de Faure Gnassingbé selon « La Lettre du Continent » réclame 400 millions de francs CFA  pour laver les « souillures » dont nous l’aurions couverte dans notre article intitulé « Du rififi au ministère des Postes et Télécommunications, les fonctionnaires dénoncent la gestion scabreuse et familiale de Cina Lawson ». Un bain de propreté qui devra coûter des yeux de la tête aux journaux « Liberté » et « L’Alternative » qui ont eu le toupet de parler de la gestion d’une très proche du Prince de la République. C’est un crime de lèse majesté qui ne peut rester impuni.


A moins d’un miracle, ces deux organes iront à la potence, au nom de la justice rendue non pas au nom du peuple togolais, mais au nom du Prince. Notre confrère « L’Indépendant Express » est déjà passé à la trappe pour le seul crime d’avoir révélé que la cargaison du riz importé par une concubine de l’ « Esprit nouveau »? Julie Beguedou, était impropre à la consommation. Et pourtant, ce riz déversé en vrac au Port Autonome de Lomé était en partie impropre à la consommation, selon  les propres termes du communiqué du ministre du Commerce corroboré par l’importatrice.


Même les experts qui ont planché sur la fameuse expertise après avoir conclu que le riz est de bonne qualité, confessent en privé, comme des gens dérangés par leur conscience, que ce n’est pas eux qui prendront le risque de dire que le riz importé par une concubine du Président de la République est impropre à la consommation.  On comprend pourquoi le juge a refusé une contre expertise indépendante à la charge de l’accusé et s’est précipité d’infliger une amende de 200 millions de francs à notre confrère. C’est désormais par les dames qu’on cherche à faire la peau aux journalistes « emmerdeurs », comme on aime nous désigner dans le cercle du pouvoir.  Vont-elles réussir là où leur Prince a échoué? Les jours à venir nous situeront.


Il n’y a pas lieu de s’inquiéter   des plaintes qui tombent en cascades sur les journaux. Bien au contraire, c’est une formidable occasion pour passer au crible la gestion qui est faite de ce pays depuis plus de 6 ans. Elle permettra aussi à chacun des Togolais d’apprécier l’immoralité qui s’est installée au cœur du pouvoir. Qui sait, c’est peut-être par là que beaucoup de choses cachées seront révélées au grand jour afin que les Togolais connaissent la nature et le degré d’immoralité de ceux qui gouvernent le pays.


Journal Alternative

Publié dans Le Togo comme il va

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article