Les potins de la cérémonie

Publié le par lanouvellemarche

 

 

S’il est vrai qu’entre deux noms similaires on peut se tromper, il est des erreurs dont la persistance peut inquiéter. Visiblement surpris de n’avoir pas sous les yeux le nom de la regrettée présidente de la Cour Constitutionnelle, le Président de la République lâche le nom inapproprié.

 

Mme Ouinsavi morte……….. et ressuscitée.

S’il est vrai qu’entre deux noms similaires on peut se tromper, il est des erreurs dont la persistance peut inquiéter. Visiblement surpris de n’avoir pas sous les yeux le nom de la regrettée présidente de la Cour Constitutionnelle, le Président de la République lâche le nom inapproprié. « Je vous prie de bien vouloir observer une minute de silence en la mémoire de Mme Ouin.. Ouinsavi ». Le rectificatif apporté par le président de l’Assemblée nationale à l’oreille droite n’a visiblement pas aidé à changer grand chose puisque la même erreur s’est produite quelques minutes plus tard, un peu juste après les notes d’excuse. « Je m’excuse, il s’agit de madame la Présidente de la Cour constitutionnelle, Conceptia Ouinsou. »

Choc des Républiques fédérales.

La Présidence de la République d’Allemagne attribuée à celui qu’on peut désormais appeler l’ex locataire de la présidence du Nigéria en est un autre gros scoop. La République fédérale d’Allemagne s’est invitée en lieux et places du Nigéria et crée du coup une confusion momentanée. Chacun se regarde, il y a forcément eu un petit problème.

Des colombes clouées au sol

Elles n’ont pas pu voler. Aucune d’elles n’a pu bouger la moindre aile. Une désobéissance collective qui ne devrait pas inquiéter. En effet, tenaillées depuis des heures par les jeunes majorettes, ces espèces fragiles n’ont pu tenir après des heures passées sous le chaud soleil. Une fois lâchées après des heures d’emprisonnement, elles ont craqué et cela peut s’expliquer.

Des poignées de mains hâtives

Il y a eu de l’empressement hier dans les échanges de civilité. Cette fois-ci le Président de la République s’en est bien tiré. Visiblement posé, il a pu réussir l’exercice des chaleureux échanges de mains à la fin de son discours. Celle qui a par contre semblé perdre un peu de son calme légendaire, c’est la première dame. Un tout petit peu surexcitée, elle n’attend souvent pas la fin des échanges avec le Président avant de tendre la main. Hésitations, sourire, main tendue et retirée, de petites fausses notes auxquelles elle n’est souvent pas habituée. L’euphorie du moment était contagieuse. Cela pouvait se lire dans les regards.

La bannière et la porteuse,

Va-t-elle enlever les gants pour des échanges plus chaleureux avec le Président ? L’exercice n’était pas a priori aisé. Le poids du drapeau et la délicatesse des gants rendaient tout ceci difficile. Le Chef a émis le vœu mais n’y tenait pas trop. La première dame veut aider la jeune dame, mais la tape chaleureuse de son homme l’en avait dissuadée. Un léger sourire et tout se fit en un laps de temps réduit.

A.H

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article